« Chacun sa route, chacun son cancer »

Au menu du jour: Cancer et Ascension sociale.

C’est entendu. Il nous échoie le malin plaisir de recenser et d’instruire les pathologies hétérogènes et hétéroclites de notre temps à la fois au sein du luppen prolétariat somatique que des rejetons des grandes têtes molles qui nous gouvernent par mépris et par défaut depuis la malédiction de 1793.
Qui dit maladie, dit mort. C’est à dire un de ces rares sujets sur lesquels on peut plaisanter sans risquer d’affronter un procès pour diffamation ou dénigrement. Elle nous attend tous de pied ferme à un autre genre de tribunal, le genre où l’on ne peut pas faire appel.

C’est entendu. Il nous échoie le malin plaisir de recenser et d’instruire les pathologies hétérogènes et hétéroclites de notre temps à la fois au sein du luppen prolétariat somatique que des rejetons des grandes têtes molles qui nous gouvernent par mépris et par défaut depuis la malédiction de 1793.

Qui dit maladie, dit mort. C’est à dire un de ces rares sujets sur lesquels on peut plaisanter sans risquer d’affronter un procès pour diffamation ou dénigrement. Elle nous attend tous de pied ferme à un autre genre de tribunal, le genre où l’on ne peut pas faire appel.

De la théorie de l’évolution au génome

Quelques considérations historiques tout d’abord. A chaque génération son fléau, à chaque symptôme son mal, à chaque troufion sa tranchée, à chaque citoyen son assiette fiscale, à chaque bourse son plaisir, à chaque viande dépressive son adjuvant, à chaque bordel sa pute, à chaque retraite sa maison, à chaque liberté ses moyens, voilà c’est plié.

Si vous pouvez lire ce billet d’humeur c’est que vos ancêtres ont résisté à la Grande peste qui décima un européen sur deux il y a 700 ans, à une époque où faire naître les avortons n’était pas une question d’éthique. Quelle chance, quelle grâce, quel destin que d’être l’élu héritier de la loi d’airain de l’évolution !

Des siècles de rachitisme, de carences, de pathologies lourdes, de maladies endémiques endiguées par les sciences pour que l’enivrant genre humain aboutisse finalement aux démiurges de l’agro-alimentaire, aux forcenés du gain qui trichent avec le vivant. Vaches folles, grippes aviaires, cochons hystériques et moutons schizophrènes sont la consécration symbolique du cancéreux 20ème siècle.

« Un bourgeois, c’est un cochon qui voudrait mourir de vieillesse » Léon Bloy

Le XXe siècle est celui de l’addition des addictions, de la grande ardoise. Payes tes excès! Après tout n’a-t-on pas la maladie qu’on mérite?

Le monde occidental né de la révolution industrielle et nourri aux pis arides du capitalisme et du protestantisme ne pouvait accoucher d’une plus sublime pathologie somatique que le cancer. Maladie réservée à la bourgeoisie d’autrefois, elle est désormais par le truchement de la publicité et du crédit, accessible à qui veut faire de sa vie une litanie obscène de consommations c’est à dire la quasi totalité des terriens.

Par ailleurs, on analyse que le besoin frénétique de s’enrichir est lié à l’angoisse de mort. Le plus on gagne d’argent, le plus on vivra vieux et ses enfants aussi. Le fantasme de repousser sans cesse l’échéance de mort touche nombre de bourgeois à la médecine gérontologique en développement aveugle. Que préférer? Vivre aux grands vents du monde et se rappeler à notre finitude ou survivre comme des petits  cochons jouisseurs?

A chacun son cancer

Le cancer c’est quoi? C’est quand une cellule ne veut plus jouer son rôle, ni tenir sa place et nécrose le reste du fonctionnement global.

Cancéreux au maximum et jusqu’au bout des énergies fossiles nées dans la putréfaction des éléments organiques, cancéreux comme certaines gouvernances, cancéreux comme une chaîne alimentaire, cancéreux comme l’excroissance surnuméraire du corps contemporain, cancéreux comme un laboratoire de modernité, bien que cancéreux nous ne sommes pas tous égaux devant le crabe. Je ne fais pas qu’évoquer les coûts des soins grandissant dans un système social voué à la capitalisation privée mais aussi l’aspect qualitatif du cancer. Les cancers des riches les plus généralement observés sont : le cancer des lèvres et du palais (à cause du cigare), le cancer du foie (abus des bonnes tables), le cancer de la prostate (abus de bagatelles avec des filles vénales). Au sein du prolétariat, on observe davantage les cancers suivants : le cancer de la gorge (cigarette), les cancers professionnels ou liés au cadre de vie (amiante, thyroïde), le cancer du colon (à force d’en chier).

« Le sang du pauvre, c’est l’argent » Léon Bloy

La pauvreté est le cancer de la richesse et inversement car un pauvre qui souhaite s’enrichir plus que mesure cesse immédiatement d’être beau. C’est comme ça. Cette richesse que nous créons et idolâtrons, nous rend malade. En plus de son inégalable pouvoir d’isolement, elle nous fait payer dans notre chaire chacune des destruction-exploitation-pollutions que notre mode de vie engendre, chacun des pillage-engluage-travestissements que nos marchands gouvernants justifient.

Si richesse et cancer sont consubstantiels cela voudrait alors dire que les fils à papa naissent avec les cancers parentaux transmis en même temps que les avantages économiques et sociaux. Quant au fils de rien, il aura les cancers que son non-être et sa seule volonté de gravir les échelons voudront bien lui administrer en échange de cette indicible extraction.

Cette entrée a été publiée dans Non classé, avec comme mot(s)-clef(s) , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>